Rappport Belaval : une vision peut-être mais quels moyens ?

      Commentaires fermés sur Rappport Belaval : une vision peut-être mais quels moyens ?
Print Friendly, PDF & Email

Comme elle l’avait précédemment fait pour les documents d’Action Publique 2022, la CFDT-CULTURE vous communique en primeur le rapport que beaucoup attendaient, avec impatience voire inquiétude : le rapport de Philippe Bélaval sur le patrimoine. 

Modestement intitulé Des outils au service d’une vision, sa trentaine de pages qui le compose, entre constats et interrogations, compte beaucoup de « ré » ou de « re » : « réaffirmer », « renouveler », « renforcer », « réorienter », etc. Le « ré/re » concerne toutes les composantes de la DGPAT: administration centrale, SCN*, DRAC**, UDAP***, établissements publics, et dans tous les domaines, des archives aux fouilles archéologiques, de l’inventaire général au patrimoine monumental.

En concluant, que « le nouvel élan donné à la politique patrimoniale passe, sinon par un changement complet des acteurs et de leurs modes d’intervention, mais par l’acquisition de nouveaux outils, et, surtout, par l’adoption d’un état d’esprit », Philippe Bélaval omet un détail : même quand on a une vision, il faut aussi des moyens, humains et financiers, pour la réaliser. 

On ne sait ce qu’en pense le ministre : espérons que ce dernier en parlera peut-être cet après-midi au Sénat, lors de son audition à la commission de la Culture pour présenter le budget 2019 du ministère.

Philippe BELAVAL : Mission sur le Patrimoine. Version définitive du 3 octobre 2018

*SCN  : service à compétence nationale
**DRAC : direction régionale des affaires culturelles
***UDAP : unité départementale de l’architecture et du patrimoine