Un ministère à terre

      Commentaires fermés sur Un ministère à terre
Print Friendly, PDF & Email

« QUAND ON NE SAIT PAS OÙ ALLER IL FAUT Y ALLER… ET LE PLUS VITE POSSIBLE » *

A l’heure des grandes déclarations sur le vivre ensemble et la diversité culturelle, face aux enjeux de notre société et ses derniers bouleversements, quelle est aujourd’hui, Madame la Ministre, votre – notre – politique générale ?

Quelle est aujourd’hui la politique culturelle pensée et défendue par ce ministère sinon l’addition de mesures floues voire contradictoires tant elles ne semblent même plus respecter nos missions fondamentales, celles du ministère et de ses agents.

Et comment dès lors porter ces politiques lorsque leur sens – quel sens ? – nous échappe ?

Prenons quelques exemples :

Le « vivre ensemble » est devenu un axe prioritaire du ministère après les attentats de janvier. Mais au-delà du slogan, quelles idées pour le soutenir ? Le ministère semble malheureusement en panne. Son absence de positionnement sur les droits culturels lors de la discussion de la loi NOTRe nous inquiète au plus haut point. Car si le ministère n’existe pas sur ces fondamentaux devant l’assemblée, comment pourra-t-il peser face aux diktats de Bercy ?

Que dire des pactes culturels signés entre l’État et quelques collectivités locales et dont l’unique objectif est de sanctuariser les engagements financiers.

Mais que fait l’Etat ? Qui sera garant demain de l’équité territoriale? Comment et qui, sinon l’État, luttera contre les déserts  culturels ?

Que dire de la revue des missions, corollaire de la Réforme de l’Etat, qui n’est qu’une nouvelle déclinaison de la RGPP avec ses réductions d’effectifs et qui jette une fois encore les missions aux oubliettes. Comment défendre le Ministère de la Culture quand une partie des ses fonctions et de ses missions sera retirée aux Drac ? Et quel avenir pour les DRAC quand les régions demanderont le transfert de compétences comme c’est déjà le cas pour la Bretagne ?

Que dire du projet de Loi création, architecture et patrimoine bien mal engagé. Cette loi fourre-tout loi qui ne dit rien du spectacle vivant et des arts plastiques !

C’est consternant !

Toutes ces actions politiques qui devraient être cohérentes mais sont contradictoires entraînent le ministère et ses agents dans la plus grande confusion qui n’est pas due au seul contexte économique et budgétaire.

Aujourd’hui notre ministère se borne à produire de la norme, mais se vide progressivement de sa substantifique moelle.

Depuis deux ans notre Ministère s’englue dans la gestion de la pénurie, des moyens, des effectifs … Mais aussi des idées ! Et cette absence d’idées est un drame pour la nation et pour les agents du ministère.

Un drame du quotidien en particulier pour les agents des DRAC qui voient leur avenir s’assombrir devant le mutisme de leur ministère et la toute puissance du SGMAP qui prépare la réforme sans se soucier d’eux ni de leurs missions.

Nous sommes en attente sur tellement de sujets, qu’il est bien difficile de prioriser les tâches pour établir un agenda social si ce n’est de dire que tout est important et en disant cela nous n’irons pas bien loin.

Comment établir une GPEC quand on ignore la ligne du ministère et les missions qu’il souhaite encore incarner ?

Comment établir une politique de revalorisation et indemnitaire cohérente ? Comment ouvrir des carrières dans certains corps ?

Nous ne vous dresserons pas un inventaire à la Prévert de tous les dossiers en souffrance mais tous exigent un dialogue social de qualité.

Alors aujourd’hui une seule question se pose qui attend votre réponse Madame la Ministre : à quand une vraie politique culturelle digne de notre ministère ?

 Déclaration de la CFDT-Culture au CTM du 5 mars 2015

*devise Shadock