La cuisine budgétaire. Déclaration de la CFDT-CULTURE au comité technique ministériel du ministère de la Culture du 25 septembre 2018

      Commentaires fermés sur La cuisine budgétaire. Déclaration de la CFDT-CULTURE au comité technique ministériel du ministère de la Culture du 25 septembre 2018
Print Friendly, PDF & Email

Madame la ministre,

La CFDT-CULTURE a bien entendu les priorités fixées par la ministre : les territoires, la jeunesse et la diversité culturelle.

Ces choix ont guidé la construction budgétaire. Nous ne manquerons pas de vous les rappeler, parce que parfois, certains font le contraire de ce qu’ils ont dit, ou, pire, le contraire de ce qu’ils voulaient faire.

Pour réussir l’équité territoriale, par exemple, il eût mieux valu créer vingt-cinq postes dans les DRAC en 2018, que les supprimer.

Et pour la jeunesse, il vaudrait sans doute mieux en 2019 consacrer 2 millions d’euros au pass culture, dont on espère qu’il marchera et précipitera les jeunes vers les œuvres et les lieux de culture, et 29 millions d’euros aux politiques culturelles conduites en région, plutôt que l’inverse.

En tout cas, la CFDT-CULTURE se souvient bien des priorités qu’elle vous a proposées de son côté, il y a un an et trois mois, au premier rang desquelles figurait l’équité indemnitaire à court terme. Pour mettre en œuvre une politique ambitieuse, rien de tel qu’une rémunération ambitieuse.

Et nous avons bien entendu, lors de la présentation du budget hier, que 7 millions d’euros de plus iraient aux agents, dont 4,6 millions d’euros seraient consacrés au rattrapage indemnitaire en 2019.

C’est une somme importante, c’est un geste fort, et nous serons toujours à vos côtés quand vous prendrez des décisions aussi courageuses :).

En 2019, comme précédemment, il n’y aura toujours aucune raison de moins bien payer un agent parce qu’il travaille au ministère de la Culture.

Aucune obligation réglementaire, et même aucune contrainte budgétaire telle que le rattrapage à court terme soit impossible. C’est un choix, le budget 2019 le prouve.

Mais la CFDT-CULTURE souhaite des objectifs clairs et des résultats rapides.

Elle souhaite la concertation dès à présent sur ce sujet. Le dialogue social, c’est aussi s’interroger collectivement sur la meilleure manière d’être juste, efficace et ambitieux dans la gestion de la masse salariale.

La CFDT-CULTURE a une bonne mémoire, elle a aussi de bonnes oreilles : on ne parle plus de primes de fin d’année, de cadeaux de Noël faits à des enfants sages. On parle de RATTRAPAGE INDEMNITAIRE.

Au passage vous nous permettrez de rappeler la définition de RATTRAPAGE : « fait de revenir ou de parvenir à un niveau normal après une période de retard dans une progression, un développement » et de RATTRAPER : Rejoindre une personne ou un animal qui a pris de l’avance. Rejoindre le niveau plus avancé.

Pour rattraper quelqu’un, même s’il court lentement, il vaut mieux partir tout de suite, et tenir le pas gagné. Et déterminer une cible et des moyens.

Il ne saurait être question que de gestes symboliques et opaques, décidés à la va-vite en fonction de reliquats budgétaires plus ou moins – et souvent moins- importants.

Il est temps de mettre en place une stratégie pluriannuelle et transparente pour cela, avec des chiffres et des principes. Sinon, on arrive à mécontenter tous les agents alors qu’il y a 5 millions de plus sur la table. C’est ce que l’on pourrait aisément qualifier de comble.

La CFDT-CULTURE a demandé en 2016 à l’administration la réunion du comité d’harmonisation de la PFR, pour établir la différence de traitement entre les agents du ministère de la culture et les autres. Elle n’a pas obtenu de réponse. Il s’agit pourtant d’une possibilité offerte par décret.

La CFDT-CULTURE a demandé en 2017 et 2018 la réunion du comité d’harmonisation du RIFSEEP, pour établir la différence de traitement entre les agents du ministère de la culture et les autres. Elle n’a pas obtenu de réponse. Il s’agit pourtant d’une possibilité offerte par décret. Elle a saisi le Secrétaire général du gouvernement, qui lui aussi était en panne de timbre.

La CFDT-CULTURE vous demande aujourd’hui la création d’un comité d’harmonisation du RIFSEEP pour chaque corps du ministère, comme le décret le permet.

La CFDT-CULTURE appelle de ses vœux un rapport confié aux trois inspections des affaires culturelles, des finances et de l’administration. Les rapports servent encore à quelque chose, puisque nos collègues ont convaincu ceux qui en doutaient encore que les services déconcentrés de la culture faisaient du bon travail. Ils sont bien placés pour nous dire si l’ensemble des agents du ministère de la culture méritent plus et mieux. C’est ce que pense la CFDT-CULTURE mais ce n’est pas une inspection, c’est un syndicat au contact des agents, sur le terrain, dans leur quotidien.

Nous aurons l’occasion de débattre dans le détail des choix budgétaires. Mais nous voulions rappeler ici qu’un bon budget pour le ministère de la Culture, c’est aussi un budget qui prend soin de ses agents.

La CFDT-CULTURE, le 25 septembre 2018

Télécharger la déclaration au CTM : CFDT-CULTURE – La cuisine budgétaire. Déclaration de la CFDT-CULTURE au Comité technique ministériel du 25 septembre 2018